QUI SOMMES-NOUS ?

Chaque année en France, 58 000 tonnes de pots de peintures entamés partent vers les déchetteries pour finir incinérées. Dans le même temps, la demande des consommateurs pour des produits écoresponsables n’a jamais été aussi forte.

En partant de ces deux constats, CIRCOULEUR a été créée pour fabriquer des peintures acryliques à partir du recyclage de ces déchets et fournir ainsi au grand public un produit plus écologique et économique pour repeindre ses murs.

LE PRINCIPE ?

1/ Récupérer les pots de peinture entamés dans les centres de regroupement des déchets, et les assembler. Ce sera réalisé en partenariat avec les opérateurs classiques des déchets afin de s’insérer dans la filière existante plutôt que de devoir la reconstruire.

2/ Tester et ajuster la formulation en rajoutant des additifs de sorte d’obtenir une qualité égale à celle des peintures neuves, dans une palette de couleurs choisies. Cette étape sera sous-traitée dans un premier temps, puis CIRCOULEUR montera sa propre usine de fabrication.

3/ Les peintures sont ensuite reconditionnées et revendues via le réseau de grandes surfaces de bricolage.

Ce principe de recyclage des peintures est complètement nouveau en France, mais c’est un procédé technique et un business model qui fonctionnent déjà depuis longtemps en Amérique du Nord.

ET LES CONSOMMATEURS ?

Le marché des peintures décoratives grand public pèse près de 600 millions d’euros en France et est en forte croissance, les gens bricolant de plus en plus eux-mêmes.

Les clients sont généralement très attentifs aux prix, mais aussi sensibles aux arguments écologiques dans leurs achats. Cela explique le franc succès des marques qui se sont placées sur des produits plus écoresponsables ces dernières années, malgré leur prix plus élevés. CIRCOULEUR est la seule peinture positionnée sur les deux aspects de la demande à la fois, en étant écoresponsable et compétitive en prix, et c’est aussi la seule peinture issue du recyclage.

UNE ENTREPRISE SOLIDAIRE

Le chiffre d’affaires provient principalement de la vente des peintures, mais aussi du service de valorisation des déchets de peintures, qui permet de s’approvisionner en matière.

Les postes de tri des peintures ne nécessitent pas de diplômes et seront affectés en priorité à des personnes éloignées du monde du travail ou en situation de handicap dans le cadre de l’économie sociale et solidaire, pour offrir une chance à ceux qui ont des difficultés à trouver des emplois. En 5 ans, ce seront 20 emplois qui seront créés, dont la moitié dans l’économie sociale et solidaire.